top of page

Qu’est-ce-que l’Anxiété? (Et comment la soigner efficacement)


Stress vs Anxiété


Il existe une frontière très fine entre l'anxiété et le stress, car les deux conditions présentent des réponses physiques similaires, même si les réponses émotionnelles peuvent varier. Les émotions telles que la colère et l'irritabilité vécues pendant les périodes de stress, ne sont pas généralement présentes lorsqu’un individu souffre d’anxiété. Le stress est cause par un évènement perturbateur extérieur ; et peut être soit un facteur de stress à court terme ( une dispute, un embouteillage, un projet à finir, etc… ; ou un facteur à long terme tels que les restrictions de covid, des confinements, des soucis financiers, ou la maladie chronique). L'anxiété quant à elle, se caractérise par des pensées incessantes à propos de menaces imprévisibles et incontrôlables, même en l'absence de danger tangible.


D'où vient l'Anxiété?


La cause exacte de l'anxiété est méconnue. Elle peut être reliée à des événements traumatisants ou à une altération de neurotransmetteurs dans le cerveau. Un trouble anxieux se caractérise par un sentiment de malaise soudain, d'inquiétude, de peur, d'agitation ou de panique. Les techniques de relaxation et la thérapie cognitive comportementale (TCC) sont utiles dans la plupart des cas.


Quelle est la Différences entre Dépression et Anxiété?


Les comorbidités les plus courantes sont celles de la dépression et de l'anxiété. En effet, des études révèlent que 60% des personnes souffrant d'anxiété développent également des symptômes de dépression, et réciproquement. Sur le plan physiologique, l'anxiété génère l’augmentation de cortisol tout en réduisant la plasticité neuronale, la mémoire à long terme (CREB) et les facteurs de croissance des cellules cérébrales (BDNF) - facteurs observés dans la dépression et d'autres types de troubles de l'humeur présentant des troubles cognitifs.

Pour une personne présentant les deux conditions, le fait que certaines réponses physiologiques puissent se chevaucher, rend plus difficile le traitement par la médecine traditionnelle. Ainsi, ce qui pourrait s’avérer un traitement efficace pour vaincre l'anxiété, pourrait ne pas être approprié pour la dépression, et inversement. Bien que l'anxiété et la dépression puissent présenter une gamme de symptômes similaires, il existe des distinctions lors de leur apparition. Les caractéristiques propres aux deux conditions est l’inquiétude excessive ainsi une tendance à focaliser sur le négatif (réel ou fictif); Cependant, une distinction majeure est que la dépression est axée sur le passé tandis que l'anxiété est orientée sur le présent et le futur.



Quels sont les symptômes de l’anxiété?


Symptômes cognitifs


Peur de perdre le contrôle, incapacité à faire face

Peur des blessures physiques ou de la mort

Peur de devenir fou

Peur de la critique, gêne

Pensées effrayantes

Mauvaise concentration, confusion, distractibilité

Hypervigilance pour les menaces

Perte d'objectivité


Symptômes comportementaux


Éviter les signaux ou les situations de menace

Vol ou gel

Poursuite de l'assurance de la sécurité

Agitation

Difficulté à parler


Symptômes émotionnels


Se sentir nerveux, tendu, enroulé

Se sentir effrayé, craintif, terrifié

Être nerveux, nerveux

Impatience, frustration


Symptômes physiques


Agitation, vertiges

Panique, peur

Malaise, nausées ou crampes

Problèmes de sommeil

Essoufflement, bouche sèche

Augmentation du rythme cardiaque, douleur thoracique

Bouffées de chaleur ou frissons

Tremblaements


Quels sont les differents degrés d'anxiété?


Anxiété légère : Cela se produit lorsque des accès d'anxiété surviennent en réponse à des situations spécifiques pendant de courtes périodes. Les sentiments d'anxiété sont inconfortables mais gérables, et ils peuvent ou non être accompagnés d'attaques de panique. L'anxiété n'empêche pas la personne atteinte de mener à bien ses activités quotidiennes. Néanmoins, cela pourrait les amener à éviter certaines situations pour tenter d'empêcher l'anxiété de se produire.


Anxiété modérée : c'est à ce moment que les crises d'anxiété surviennent plus fréquemment dans la vie de tous les jours et que des attaques de panique peuvent survenir. Des situations de déclenchement spécifiques peuvent provoquer de l'anxiété. Les personnes atteintes peuvent également ressentir un sentiment sous-jacent d'anxiété générale qui ne semble attaché à rien de spécifique mais qui persiste pendant plusieurs heures ou plus. Les personnes atteintes peuvent toujours gérer la vie quotidienne ; Cependant, leur anxiété peut interférer de manière plus problématique, les obligeant à éviter certaines situations ou problèmes auxquels ils devraient vraiment faire face.


Anxiété sévère : C'est à ce moment que l'anxiété se présente quotidiennement, souvent avec des attaques de panique. Les personnes atteintes peuvent trouver extrêmement difficile de gérer leur vie quotidienne. Une anxiété sévère peut les empêcher de s'engager dans des tâches importantes. Dans le pire des cas, cela peut les empêcher de travailler, d'avoir des relations saines, de s'engager socialement et de mener une vie normale.


Comment Soigner l'Anxiété?


La Thérapie Cognitive Comportementale (TCC) est largement recommendée pour adresser les troubles de l'anxiété. La TTC repose sur le principe que les pensées, lesemotions et nos comportements sont interconnectés. Des études révèlent qu'elle est efficace 70% du temps.


Combien de séances de TCC sont-elles nécessaires ?

La durée du traitement dépend de chaque situation individuelle. Le Service de Santé Mentale du Gouvernement Anglais (NICE) recommande jusqu'à 24 séances pour un traitement efficace lorsqu'un patient présente un trouble de l'anxiété modéré à sévère. Plusieurs facteurs influencent le nombre de séances dont vous pouvez avoir besoin pour un résultat convaincant, en utilisant la TCC pour l'anxiété :


• Le type de trouble

• La gravité de vos symptômes

• Durée des symptômes

• Votre niveau de confiance en vous

• Les comorbidités


Comment accélerer vos progrès naturellement?


Le processus de réflexion propre à chaque individu se déroule ainsi : des croyances menant à des pensées, des pensées menant à des sensations, des sensations menant à des émotions, des émotions menant à des actions et actions menant à des comportements. Mon approche peut être complémentaire à une TCC actuelle. Il a un énorme succès face à l'anxiété car il modifie les croyances subconscientes et les perceptions des menaces au niveau de la racine de l'esprit ; ce qui signifie qu'il modifie positivement toutes les étapes du processus de réflexion dans un effet de cascade, apaisant automatiquement les pensées, sentiments, actions et comportements.

M'appuyant sur l'efficacité de cette approche, je peux affirmer qu'en quelques séances, vous ressentirez un soulagement durable et un changement significatif dans la façon dont vous vivez la vie. Si vous souffrez d'anxiété légère à modérée, vous pouvez commencer par une séance, et après 3 ou 4 semaines, vous évaluerez si vous en avez besoin d'une seconde. Si vous ressentez une anxiété modérée à sévère, je suggère de réaliser 3 séances pour développer de nouvelles compétences d'adaptation solides afin de mieux vous soutenir dans votre vie quotidienne, puis en mesurant vos progrès, vous évaluerez si vous avez besoin d'une aide supplémentaire.





Le contenu de Sync Your Minds est destiné a éduquer et informer, et ne se substitue pas à un diagnostique, un traitement ou l'avis medical de votre medecin traitant.


References


Kaczkurkin, AN & Foa, EB 2015, ‘Cognitive-behavioral therapy for anxiety disorders: an update on the empirical evidence’, Dialogues in clinical neuroscience, vol. 17, Les Laboratoires Servier, no. 3, pp. 337–46, retrieved 8 July 2021, <https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4610618/>.


Salcedo, B 2018, The Comorbidity of Anxiety and Depression | NAMI: National Alliance on Mental Illness, Nami.org, retrieved 11 July 2021, <https://www.nami.org/Blogs/NAMI-Blog/January-2018/The-Comorbidity-of-Anxiety-and-Depression>.


Stein, MB & Stein, DJ 2008, ‘Social anxiety disorder’, The Lancet, vol. 371, no. 9618, pp. 1115–1125.

21 vues

Kommentarer


bottom of page